Couture du Kesa

Matinée de couture avec Robin Kuryu le samedi 15 octobre

 » Zazen et Kesa sont unité  » Maître Deshimaru

Couture du Rakusu et du Kesa, l’autre façon de pratiquer. Soyez les bienvenus.

Atelier animé par Robin Kuryu Bonzon, le samedi précédant une journée de pratique.

Le Kesa et le Rakusu.

Kesa, du sanskrit kasaya : « couleur cassée » ou encore « couleur terre ».

Le kesa est le vêtement sombre, semblable à une toge, que revêt le moine pour pratiquer zazen.

Il est fait de pièces assemblées suivant le plan d’une rizière.

Le kesa est l’essence du bouddhisme, le vêtement du Bouddha.

Le kesa est remis par le maitre aux pratiquants lors de la cérémonie d’ordination : celui qui le reçoit s’engage à pratiquer zazen régulièrement et à inscrire cette pratique au cœur de sa vie.

Il s’engage de même à respecter et à porter le kesa. Il s’agit là d’un engagement purement personnel et intime.

Le moine a 3 kesa : le kesa à 5 bandes (rakusu),le kesa à 7 bandes et le kesa à 9 bandes.

On porte le rakusu dans la vie courante et le kesa pendant zazen et les cérémonies.

On raconte que le Bouddha Shâkyamuni ramassa tous les tissus les plus souillés, abîmés et inutilisables (linges ayant servi pour les règles ou les accouchements, linceuls, etc…) qu’il les lava, les teignit, les assembla et s’en fit un vêtement pour la méditation.

Cet esprit du kesa se perpétue depuis lors, et sa couture, qui se fait suivant des règles très précises, est une pratique importante encore aujourd’hui.

« Les habits du commun font croitre les désirs, mais l’habit du Bouddha, celui de l’Éveillé, les déracine ».                                                                              

                                                                                                       Maitre Dogen